Nous n’avons pas oublié le 19 Décembre, Nous ne permettrons pas qu’il soit oublié !

Nous n’avons pas oublié le 19 Décembre, Nous ne permettrons pas qu’il soit oublié !

Nous n’avons pas oublié le 19 Décembre, Nous ne permettrons pas qu’il soit oublié !

Ouvriers, Travailleurs,

Il y a 13 ans, les 19-22 Décembre 2000, l’un des plus atroces massacres de l’Histoire a été perpétré dans les 22 prisons où étaient incarcérés des prisonniers politiques. Lors du massacre qui a duré 3 jours, 28 prisonniers révolutionnaires ont été assassinés, des centaines d’autres ont été blessés grièvement. Au lieu d’être soignés, ces derniers ont été transférés sauvagement dans des prisons de type F dans d’autres villes et y ont été placés dans des cellules appelées « cercueils ».

Cette agression inhumaine était planifiée et préparée depuis longtemps. Bien qu’elle vise sur le champ les prisonniers révolutionnaires dans les prisons, elle ciblait les partis et organisations révolutionnaires. D’autre part, l’Etat voulait par cette violence faire capituler les plus consciencieux, les plus déterminés et les plus expérimentés des prisonniers politiques, mais en fait Il voulait que ce soit les forces progressistes et révolutionnaires de la société, c’est-à-dire les ouvriers et les travailleurs de toutes les nationalités de la Turquie qui se rendent.

La Détermination Révolutionnaire ne peut pas capituler !

Le fascisme a déjà fait la répétition de ce massacre dans les prisons de Buca, Diyarbakır, Ümraniye et dernièrement à Ulucanlar. Dans la prison d’Ulucanlar, il a fait usage d’une telle violence que même le mot « terrible » était insuffisant pour la définir. Néanmoins, les prisonniers révolutionnaires ont chaque fois accueilli ces attaques avec détermination et les ont repoussées. Ils ont résisté avec beaucoup de courage au massacre du 19 Décembre, plus terrible que la terreur infligée par Hitler pendant la IIème Guerre Mondiale. Ils ont riposté par une grande résistance à cette attaque impitoyable. Ils se sont battus courageusement pour la juste cause des millions d’ouvriers et de travailleurs. Ils ont été touchés à deux ou à trois, ont atteint l’immortalité mais ils ne se sont pas rendus.

Lorsque l’attaque de la mise en cellules F dans des prisons a commencé, les prisonniers révolutionnaires avaient crié : « Nous mourrons, mais nous ne nous rendrons pas ! ». Eux, ils ont tenu leur parole. L’Etat fasciste turc a donc réussi par cette attaque sauvage à emprisonner les prisonniers révolutionnaires dans des prisons de type F. Or, le but de cette attaque était de faire capituler les prisonniers révolutionnaires en les décourageant ; cela, le fascisme n’y est jamais parvenu.

Quoi qu’il en soit pour le reste, le 19 Décembre 2000, l’Histoire a noté un grand événement. Ce jour-là, ils ont été exposés les meilleurs exemples du courage révolutionnaire. Amis et ennemis, tout le monde a encore une fois vu que décourager la détermination révolutionnaire était impossible. Ce n’est pas seulement un jour de massacre, c’est aussi un jour de grande résistance. C’est cet esprit de résistance qui fait des 19-22 Décembre des jours inoubliables.

La période de l’AKP : poursuite des isolation, torture et attaques de découragement !

Le gouvernement religieux-réactionnaire de l’AKP continue la même politique d’attaques au sujet des prisons sans faire regretter (!) les gouvernements antécédents. Avec l’AKP, le nombre des prisonniers politiques a augmenté pour atteindre le niveau record de l’Histoire. Parmi les prisonniers politiques dont le nombre dépasse les dix mille, les 544 sont malades ou blessés dont 164 en phase terminale. Non seulement les prisonniers malades ou blessés ne sont pas relâchés, ils ne peuvent même pas bénéficier des soins nécessaires.

Les prisonniers révolutionnaires se trouvent toujours dans les prisons de type F ; la politique du fascisme qui consiste à faire capituler les prisonniers politiques perdure sans interruption. Mais face à cela, la résistance insoumise de ces derniers continue aussi. Plus encore, les résistants de Juin ont rejoint les rangs et la résistance s’est renforcée avec l’esprit de Juin.

Nous rendons hommage à tous les révolutionnaires morts soit le 19 Décembre, soit pendant les grèves de la faim et la grande grève de la mort ; et qui sont toujours immortels pour nous. Nous appelons tous les ouvriers, les travailleurs, les progressistes et les révolutionnaires à s’approprier toujours et partout le combat des prisonniers révolutionnaires qui sont l’honneur et la gloire de notre avenir. Nous les appelons à renforcer la solidarité avec l’esprit militant de la résistance de Juin.

Vive notre Résistance du 19 Décembre !

Nous n’avons pas oublié le 19 Décembre, nous ne permettrons pas qu’il soit oublié !

L’Etat assassin rendra des comptes !

Vive la Solidarité Révolutionnaire !

ATİK(UPOTUDAK), Bir-Kar, ADHK, Yaşanacak Dünya (le Monde où Vivre), AÖTDK